14 mai 2011

Les stagiaires


Comme chaque matin, à peine arrivé dans les bureaux, vous parcourez mollement du regard le tableau d’affichage. Ce dernier est orné d’un emploi du temps et d’une phrase que vous connaissez bien : 

«Voici le planning de Julie Dupond, stagiaire du 13 au 17 mars,
élève de 3ème au collège Jean Moulin.
Merci de lui faire bon accueil.»
Soupir. Le précédent stagiaire, Jérémy, élève de seconde aussi vif qu’un terre-neuve en pleine canicule, vient tout juste de partir. 
Vous vous demandez sur quel type de stagiaire vous allez tomber cette fois-ci. Finalement vous décidez de ne plus y penser et vous vous rendez à la cuisine vous faire un café et bâfrer ce qui reste du gâteau de départ de Jérémy.

Quelques exemples de stagiaires des bibliothèques:


Le stagiaire «pourri»

Rappelez-vous, dans Charlie et la chocolaterie, les écureuils de Willy Wonka tapent les noix pour savoir si elles sont pourries : c’est le seul moyen d’en être sûr, car en apparence elles se ressemblent toutes.

En bibliothèque, on risque aussi de tomber sur des stagiaires pourris. Mais on n'a pas le droit de les taper. A la place, on leur pose LA question : "Alors, cette formation, ça te plaît?" (on trouve beaucoup de stagiaires pourris parmi les étudiants en formation professionnelle métiers du livre). Si la réponse commence par "Ben en fait..." : banco. 


Exemple : 

Agathe, 19 ans, majeure et vaccinée, élève de DUT Info-Com spécialité Métiers du Livre 1ère année. Du tout-cuit ou presque. Et ça va vous changer des petits 3ème gnangnignan.

Ce que vous ignorez, c’est qu’Agathe, cette petite sournoise, vient de passer dans le camp des «changé d’avis plus rien à foutre». Une fois ce détail acquis, votre chef vous informe qu'en plus vous serez son référent pour l’Espace Adulte. Jubilation! Liesse! Enchantement! Il vous tarde de passer 4 longues semaines en compagnie d’une jeune fille qui souhaite changer de cursus et entrer dans une école de commerce pour travailler dans la banque. Son visage s’éclaire lorsqu’elle vous annonce avoir réussi le concours d’entrée - vous voyez déjà des contrats Teoz briller dans ses yeux - puis s’assombrit quand vous lui expliquez le classement des romans. Pour les policiers, petit p sur la cote, pour les sf, petit f et pour les terroirs, petit t. Le regard qu’elle vous lance alors ne laisse aucun doute. Vous allez vous régaler.

Les heures passées ensemble en salle de prêt s’avéreront longues et répétitives (petit p, petit f, petit t, oui je crois que j’ai compris cette fois) et les conversations varieront en fonction du temps qu'il fait.
La mutique

Petite chose craintive que l’on brûle de secouer comme un prunier pour que son s’en suive.


La coolish

La coolish est du genre «à l’aise» et adopte une attitude plutôt décontractée : coiffure négligée mèche dans les yeux (dans la bouche c’est encore mieux), pull un peu trop grand qui dénude l’épaule avec désinvolture, manches recouvrant la quasi-totalité des mains (mains souvent dans les poches). Et toujours le même sourire aux lèvres, un peu benaise, un peu douceâtre, qu’on trouve charmant au début puis mielleux, puis faux-cul...
La coolish remporte généralement tous les suffrages à son arrivée «ah Tiphaine elle est très sympa, à l’aise et tout, ouais ouais ouais», et bénéficie d’un important capital sympathie, qui s’effondrera très rapidement une fois que tout le monde se sera rendu compte qu’en réalité,   elle est crâneuse, complètement mytho et fort sotte.

La coolish parle beaucoup, la plupart du temps pour ne rien dire, le reste du temps pour répondre - à côté de la plaque - à vos questions. Elle est toujours d’accord pour vous aider «ouais, carrément», mais le fait comme un pied. De plus, elle n’a aucun sens de l’initiative. La coolish essaie d’en faire le moins possible tout en donnant l’illusion du contraire. Après son départ, elle alimentera tout de même les conversations pendant plusieurs jours et un léger parfum de scandale auréolera son souvenir.
Le «stage par défaut»

Bibliothécaire :  "Alors comme ça Pierre tu t’intéresses au métier de bibliothécaire?"
Pierre : "Ben en fait j’étais à la bourre pour prendre un stage donc j’ai eu celui-là un peu à l’arrache" (dit-il d’un hochement de tête pour remettre sa mèche en place).
Les parents du «stage par défaut» ont souvent de bonnes relations à la mairie.
Le «stage par défaut» ne vous laissera pas un souvenir impérissable : en général, il attend patiemment que ça se passe, et n’attend rien de vous. Vous ne lui en tenez pas trop rigueur car vous non plus.


Les rhâ lovely

On aimerait les garder pour toujours. Ils sont sympathiques, curieux, efficaces. Et en partant, laissent un mot de remerciement et des bonbons. Snif.


Les «veut bien faire mais foire tout»

De caractère enthousiaste, le «veut bien faire mais foire tout» est partant pour TOUT ce que vous lui proposez. Se sentant pousser des ailes, il prend même des initiatives sans vous le dire et est sincèrement abattu et désolé lorsque, à votre mine déconfite, il comprend qu’il a fait une grosse bourde. Le «veut bien faire» insiste pour réparer son erreur, ce qui part d’un bon sentiment mais n’est pas forcément une bonne idée. Vous accédez toutefois  à sa requête mais surveillez l’opération de très près, ce qui peut prendre un temps considérable (et pendant ce temps-là, votre collègue trime comme un forçat à la banque de prêt et les chariots n’en finissent plus de s’accumuler).
Le «veut bien faire» part néanmoins très satisfait de son stage et laisse aussi un petit mot gentil avec des gâteaux. On n’a pas très envie de le revoir en stage chez nous mais on y repense avec attendrissement.

...


Voici quelques portraits de stagiaires... saurez-vous retrouver à quelle catégorie ils appartiennent? Une des catégories n'est pas représentée...
Pis le premier qui a trouvé gagnera un petit cochon dessiné (et c'est vous qui décidez : punk, bimbo, prostituée, hippie... je m'adapte).








11 commentaires:

Fanny Robin a dit…

Laura : la coolish
Marine : stagiaire pourrie ?
Mélanie : «veut bien faire mais foire tout» ?
Lucile : la mutique
Camille : thâ lovely !

en tout cas cet article m'a bien fait marré et je me demande dans quelle catégorie j'étais moi ...

Anonyme a dit…

C'est rigolo effectivement, ces caricatures !
Mais un ado de troisième, c'est parfois difficile à motiver... Les collégiens doivent faire un stage, s'empressent d'en trouver un, et sont quelquefois déçus... On ne peut pas leur demander de prendre des initiatives sans qu'ils soient aidés...

Magalie Le Gall a dit…

Génialissime !!!

Pour moi :
La mutique c'est Lucile, la coolish c'est Laura, la stagiaire par défaut c'est Marine (ben oui, plus occupée à faire sa raie sur le côté le matin que d'arriver à l'heure à la bib, la rhâ lovely c'est Camille of course et la pauv' Mélanie qui "veut bien faire mais foire tout"...

En tout cas, j'ai bien rigolé moi aussi ;-)

arg a dit…

Moi je trouve qu'il manque la connasse opportuniste, qui ne travaille que quand les "anciennes" sont là et qui ne glande rien avec les "jeunes".Du coup, les anciennes adorent la connasse opportuniste et pensent que les jeunes sont jalouses... Bah ouais comment ne pas l'aimer ??
CO-NASSE
Ouais c'est du vécu...

arg a dit…

Et j'espère qu'elle suit ce blog et qu'elle se reconnaitra !

Marion a dit…

Bravo Magalie, tu as la bonne réponse :)
Tu m'enverras un mail pour qu'on discute de ton ptit cochon?

Fanny : dommage, tu y étais presque! Je reconnais que pour Marine c'étais pas forcément évident évident. Au fait, j'aime beaucoup la bannière de ton site :)

C'est vrai qu'il existe beaucoup d'autres types de stagiaires, dont ta connasse, Arg! Il faudrait y consacrer un billet à part entière...

Et pour les petits 3ème, je suis d'accord avec toi Anonyme, c'est pas facile pour eux... je me souviens de mon stage en 4ème, chez les vétos : césarienne de vache, autopsies de poulets... mmm :) et question initiatives, je n'étais pas exemplaire!

Anonyme a dit…

Dommage, j'arrive trop tard pour jouer!
Je suis agent de bibliothèque depuis 2 ans et j'aime beaucoup mon boulot.
Ton blog est un délice et je me marre à chaque nouveau billet.
Nous avons eu une stagiaire, mais c'était pendant ma semaine de vacances.
Apparemment, elle figurait dans les catégories mutique+je foire tout!
La pauvre...je précise que c'était une petite quatrième ou troisième.

Bon dimanche!

Finette

Delphine a dit…

Euh...bah bonjour, je m'appelle Delphine... et jadis, j'ai été une stagiaire mutique pendant 10 semaines. Aaaaah ça va tellement mieux en le disant (snif!)
Et à part ça, bravo! :-)

Anonyme a dit…

une petite pensée pour les stagiaires en galère de boulot depuis des lustres, qui viennent chez nous pour découvrir un emploi dans leurs cordes (pas trop exigeant ça la bibliothèque hein ?)et qui bossent avec tellement de bonne volonté, de disponibilité, de sérieux... et de plaisir que ça remet en question les collègues en poste depuis 25 ans... et que ça fout les boules au moment où ils doivent quitter la vénérable-institution "qui ne recrute pas en ce moment", une lueur qui s'éteint dans leur regard, parce qu'ils avaient rêvé un peu pendant une semaine, et qu'ils vont rêver encore longtemps...

Anonyme a dit…

Hello !

Y a aussi la stagiaire en apparence "normale" mais au détour d'un instant d'inattention et d'un sobre "et donc, tu fais quoi comme études ?" embarque le pauvre bib innocent dans un compte rendu digne de son dernier psy. Qu'elle a dû achever comme son dernier personnage dans son dernier livre parce qu'en plus elle écrit et donc elle vous fait partager sa paaaaassion de l'écriture dépressive et...


Stop !!!!

Sinon, on en a eu aussi qui nous laissés des bonbons. Snif.

passion a dit…

Tu as oublié le stagiaire "ouaiiis je vais lire de la BD toute la journée" et qu'en fait non.

Articles les plus consultés