26 février 2009

Poucet ce p'tit con

9 novembre 2007

Scéance de rattrapage IlEtaitUneFoisèsque. Vous connaissez sans nul doute l'histoire du Petit Poucet. Mais ce que vous ignorez à coup sûr, c'est qu'il y a une délicieuse suite à ce célèbre conte. Eh oui, peu de gens le savent. Laissez- moi vous la conter...

Poucet a grandi. C'est maintenant un homme beau et vigoureux, auréolé d'une grande célébrité depuis qu'il a volé à l'Ogre les Bottes de Sept Lieues, et sauvé sa famille. Loin d'être idiot, Poucet a su tirer profit de sa renommée pour se bâtir un nom dans le domaine de l'édition de livres de développement personnel. Son autobiographie : "Les Cailloux de mon enfance", best-seller mondial, est traduit en 65 langues. Il est le fondateur et "Pape" de l'Ecole de l'Ensemencement, où ses disciples apprennent et enseignent à leur tour les préceptes de Poucet : trouver la paix intérieure et rester dans le droit chemin par l'art de semer les cailloux. Les adeptes de cette école se comptent par milliards. Ecole qui est néanmoins considérée dans certains pays comme une secte.

Poucet a plein de femmes dans le monde entier, et est donc à la tête d'une vaste progéniture, non reconnue dans son ensemble. Quoi de plus facile quand on a les Bottes de Sept Lieues. Poucet est très intelligent, il sait que pour être peinard il suffisait de se faire passer pour un personnage de conte. Il n'a de comptes à rendre à personne, pas même aux femmes qu'il a séduites (des gourdes qu'il a appâtées avec des diamants, des bijoux...vous trouveriez ça normal, vous, de tomber sur une piste de parures de diamants en pleine forêt?). Est officiellement marié à Gretel, avec qui il a un fils : René, qui gère avec brio les affaires de son père (droits d'auteur, droits d'adaptation au cinéma et à la télévision, produits dérivés, etc...). A l'heure qu'il est, Poucet, lui, il se la coule douce dans son domaine du Lot-et-Garonne.

Mais au-delà de cette indéniable et spectaculaire réussite socio-économique, ce que nous retiondrons de Poucet, c'est d'être à l'origine d'une des tares les plus redoutées des bibliothécaires, car affectant une part non négligeable du public des bibliothèques, j'ai nommé : "le Syndrome de Poucet".

Par "Syndrome de Poucet", j'entends par là une manie (absolument horripilante pour une bibliothécaire en plein rangement) de semer des livres, soit seuls, soit en piles, un peu partout dans l'espace de la bibliothèque. Le but étant bien évidemment de poser les livres en question partout sauf là où ils sont sensés se trouver normalement. Inutile d'ajouter qu'en commettant son méfait, le lecteur fait basculer le livre dans le mode "marqué disponible mais introuvable", ce qui généralement pousse n'importe quel bibliothécaire dans un état d'irritation rarement atteint. Il y a la version soft, qui consiste juste à poser les livres n'importe où, ce qui permet de les retrouver sans trop de difficulté, et il existe aussi la version dite hard, qui consiste carrément à ranger les livres n'importe où, sauf là où on les a pris, ce qui revient en fait à ...les perdre. Et pendant ce temps-là, vous passez pour une parfaite imbécile auprès du lecteur qui, complètement ahuri, vous entend lui dire que le livre "est là mais est introuvable"...

...Alors vous savez ce que je lui dis, moi, au père Poucet?

24 février 2009

Ténia

7 novembre 2007

Bonjour, alors je voudrais savoir si vous avez ce livre, il vient de sortir mais peut-être que vous ne l'avez pas encore ou il est en cours de préparation ouais sinon je peux peut-être en placer une à un moment donné? Non, mais nous allons l'acheter procha Oui, c'est bien ce que je pensais, et alors celui-là, vous l'avez peut-être? Oui, mais il est en cours de prép Oui d'accord, et ça alors, vous l'avez, celui-là? Non, nous ne l'av Et celui-ci? N Bon, tant pis. Oh c'est pas grave j'ai encore ça et ça et ça et ça et ça à la maison, ça devrait aller...de toute façon je repasserai samedi c'est ça, on repassera.

...je m'explique. Il y a deux catégories d'habitués:

1) Il y a les habitués normaux, bon pas besoin de vous brosser le tableau, ce sont des habitués tout simplement, totalement inoffensifs. Ils font un peu partie de la maison, on les aime bien, vous voyez.

2) Et il y a les parasites. Qui auraient tendance à s'autoproclamer âme de la maison, sans trop vous demander votre avis. Elle (dialogue ci-dessus), par exemple : une fanatique. La médiathèque est son sanctuaire, elle lévite au-dessus de la masse des lecteurs lambda, qui baignent complaisamment dans leur médiocrité. Rendez-vous compte : pour eux, la lecture est un simple passe-temps, un "loisir", rien que d'y penser vous avez un haut-le-coeur, pauvres gens. Alors que pour elle, lire, c'est une véritable passion, vous comprenez, c'est vital, les livres elle s'en nourrit elle ne peut pas s'en passer. Elle adooore lire.

C'est une plaie si fidèle lectrice. Toujours au courant des dernières nouveautés, elle vous dégaine son calepin raturé sous le nez en bavant vous demandant si vous avez ça? et ça? et ça? - les mouettes du Monde de Nemo (A MOI A MOI A MOI) vous rappellaient quelqu'un? Ne cherchez plus, c'est elle - en général, soit vous n'avez rien (pas encore acheté), soit vous avez (mais en préparation), mais dans les deux cas vous avez invariablement droit au "vous pouvez me le mettre de côté?". Elle a le cou deux fois plus long que la moyenne à force de le tendre fébrilement vers l'étagère des réservations située juste derrière vous, histoire de voir ce que les pouilleux ont osé réserver avant elle, et fait preuve d'une ténacité à toute épreuve, d'ailleurs elle vous fait penser à cette croûte que vous avez à la cheville, qui ne veut pas partir. Désinfectant, pansements, air libre, rien y fait. C'est agaçant. En plus, du fait de son ancienneté et de son assiduité maladive, elle a fini par acquérir les petites habitudes dites "de contournement"...en fait, tout le monde les pratique, mais quand c'est elle ça vous énerve 3 fois plus. Un exemple? Elle utilise la carte de son fils (vous douteriez presque de son existence : vous ne le voyez jamais) pour emprunter POUR ELLE, et fait des réservations avec la sus-nommée POUR ELLE AUSSI, la hyène. Vous saisissez? Elle se prête deux fois plus de documents qu'un lecteur honnête (si si, ça existe), mais ce n'est pas juste! En tout cas pas pour ceux qui ont fait le choix de vivre libre n'ont pas d'enfant, par exemple.

Vous avez bien envie de la saquer, mais vous n'avez aucune raison légitime de le faire. Alors pour vous consoler, vous employez un moyen détourné, mais franchement vicieux : vous appliquez le réglement à la lettre...elle voulait prendre cette nouveauté qui a l'air passionnante : quel dommage, elle a déjà atteint le quota maximum de documents! Ce sera pour une prochaine fois, lui dites-vous, la bouche en coeur. Oui mais d'habitude, pour un document de plus...ah non! je suis désolée, en plus il s'agit d'une nouveauté... : vous êtes in-trai-ta-ble (un fouet à la main vous seriez superbe). Elle veut faire prolonger ce livre palpitant (alala je-le-dé-vo-re), qu'elle a presque fini? Ah non, il a déjà été prolongé une fois, madame, il va falloir le rendre au plus vite....INTRAITABLE, je vous dis. La Divine Déesse des Châtiments, c'est vous. Enfin, jusqu'à dans une minute, quand elle sera partie, frustrée à mort. Après, il faudra affonter d'autres dragons (vous avez aperçu la Folle rôder au fond de l'espace Beaux-Arts)...comme par exemple ce chariot de retours rempli à bloc que vient de vous apporter Jean-Pierre. A bloc, c'est un euphémisme : il dégueule littéralement de bouquins, ce chariot. Vive les vacances tiens. Ou bien ce lecteur, manifestement attentionné, qui après avoir tourné 36 fois autour du bloc "théorie de l'art / histoire de l'art", vient vous voir l'air candide et vous susurre la bouche en coin je cite :"Vous n'allez pas aimer ce que je vais vous dire, mais c'est n'importe quoi, votre classement".

...Il y a des jours comme ça, où vous avez l'impression de faire partie de la superproduction "La Ligue des Chieurs Extraordinaires", dont vous êtes l'héroïne persécutée...vivement que les vacances se terminent, et qu'ils se remettent à bosser. Chacals.

8 février 2009

Scrapmerding

25 octobre 2007

Pourquoi les livres de loisirs créatifs, soit c'est moche, soit c'est prout-prout?

Les livres de loisirs créatifs, je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais c'est de la folie furieuse. Bon, c'est vrai que ça commence un peu à se tasser, l'engouement s'essouffle (enfin tout est relatif hein).

Franchement mais quelle idée d'emprunter des livres de scrapbooking alors qu'il suffit de ressortir ses cahiers de maternelle et d'aller directement à la page "collages". Sans rire. Ouvrez la page d'un livre de scrapbooking. Si c'est un moche, vous le saurez tout de suite : vous serez transportés dans le monde des papiers peints de mauvais goût que vos maîtresses de maternelle utilisaient pour vous faire faire des collages douteux. Dommage, je n'ai pas de photo sous la main. Moi, la maternelle, c'était à la 2ème moitié des années 80, et je peux vous dire qu'à l'époque, les catalogues de vente par correspondance, ça craignait vraiment un max. Enfin, les maîtresses ont toujours plein d'idées ingénieuses pour recycler ça et les magazines de jardinage, etc...BREF.

Et les prout-prout alors? Je m'explique. J'en ai un sous le nez justement, pour la bonne raison que j'en achète...je sais, je sais, mais que voulez-vous, il m'arrive de faillir. En l'occurence, je suis l'heureuse propriétaire de trois superbes livres de loisirs créatifs estampillés prout-prout. J'ai craqué : ils étaient si jolis. C'était inévitable, j'ai su, à la seconde où mon regard s'est porté sur eux, que la vie me serait insoutenable tant que je ne les aurais pas achetés. Pathétique, futile, ce que vous voudrez, mais c'est comme ça. Et donc, après les avoir feuilletés une ou deux fois, je les ai rangés dans ma bibliothèque. Ils n'ont pas bougé depuis. Parce que voilà, le problème avec ces bouquins prout-prout, c'est qu'on ne les utilise pas.

Déjà parce qu'on n'a pas le matériel, et qu'à moins de se rendre à Paris au Bon Marché acheter du papier origami hors de prix (je pèse mes mots), comme les auteurs (des nanas qui ont trooop l'air sympa sur les photos, on se croirait dans une pub pour le riz où tout le monde chante et danse en préparant la popotte = pas crédible) le conseillent vivement, on finit par se retrouver avec du papier décopatch tout ce qu'il y a de plus commun, ou, si vraiment on a pas de chance, on en est réduit à découper les pages "Blanc" du catalogue de la Redoute. Inutile d'ajouter que, dans tous les cas, vous n'obtiendrez JAMAIS un résultat satisfaisant, en tout cas vous ne parviendrez jamais à égaler les chefs-d'oeuvres en photos dans votre sale bouquin.

...Parce qu'en fait, mais ça vous ne le comprenez qu'après, c'est que pour y arriver, il vous faudrait également acheter la si jolie nappe sur laquelle les objets de votre désir sont posés, et qui les met si bien en valeur, et puis la chaise de designer tellement classe qu'on dirait qu'elle a été créée juste pour cette cocotte en papier japonais, et évidemment il vous faudrait acheter la baraque où a été prise la photo, qui fleure le bon goût de partout, même les plinthes sont design, et le jardin a l'air si joli, et tant qu'on y est, si vous aviez su vous auriez fait les mêmes études que cette "créatrice", comme ça vous n'auriez pas eu besoin d'emprunter un bouquin juste pour essayer péniblement d'imiter l'inimitable, et ça vous aurait épargné l'amère remarque finale, je cite "putaaain mais j'y arrive paaas!

Vous l'aurez compris, vous vous êtes faite posséder, et ce, doublement. Premièrement par votre esprit futile mais vil, avec la complicité de votre bon sens rachitique, deuxièmement par le contenu quasi indigent du bouquin.

Tout ça pour des conneries qui prendront la poussière sur votre télé...non mais franchement. Ou alors...à la rigueur, pour l'anniversaire d'Emma, la copine d'un pote d'un de vos potes, que vous ne connaissez pas. C'est sûr, personne ne pensera à lui offrir une boîte en carton faite main ("c'est pour mettre ton courrier"), décorée avec des pubs trouvées dans Glamour...

6 février 2009

Après "Je suis gentille", voici en exclusivité "Je suis une vraie pétasse"

ok, ok, ok...Vu le nombre ahurissant de mails épouvantés et souillés de larmes suite à mon message précédent, où j'annonçais mon retrait de ces pages, je me dois de faire le point sur la situation actuelle.

Sachez que je comprends que l'arrêt de ce blog puisse provoquer votre vive déception, parfois votre consternation, votre désarroi, et pour certain d'entre vous, votre dégoût soudain de la vie...ce qui m'amène à dire aux plus fragiles d'entre vous de penser à la situation dramatique du nombre de postes de bibliothécaires en France, et de faire preuve d'humanité, en abrégeant ainsi l'attente insupportable de chômeurs qui trouveront dans votre dernier acte de faiblesse un emploi, et un nouveau départ dans la vie. D'avance, pour eux, merci.

Donc, je disais. Il n'est pas question de fermer ce blog, ni de ne plus rien y poster (mon addiction à la consultation des statistiques s'en trouverait fort meurtrie). Je vous demande juste d'essayer - je sais, cela risque d'être douloureux et déchirant- de ne pas guetter de nouveau billet de façon trop régulière. Je SAIS que vous en êtres capables.

J'ai bien conscience d'avoir précedemment annoncé la fin de ce blog, et de vous en donner présentement la contestation..insolente, certes...effrontée, c'est indéniable...culottée, rien n'est plus sûr, mais on ne peut plus vraie!

Certains diront "elle nous mène en bateau", d'autres clameront "pfff, elle se prend pour qui, elle n'a même pas 200 visites par jour, sur son blog de m****", d'autres s'esclafferont, de la même façon que je pouffe à l'instant où j'écris ces lignes (aidée soit dit en passant par un admirable Côtes du Rhônes Villages), et conclueront avec malice et tendresse "mais qu'elle est bête".

...Voilà voilà, je crois que tout est dit, je vais vous laisser là, j'ai un tricot à finir.

Bons baisers à tous,

Marion.

4 février 2009

On s'épile on se fait une touffe

Une page se tourne BLABLABLA formidable aventure humaine BLABLABLA que d'émotion BLABLABLA expérience enrichissante BLABLABLA que du bonheur BLABLTAGUEULE

...

2009, année faste, disais-je précédemment. Pour le manque d'inspiration, indéniablement. Certes ce n'est pas nouveau, d'ailleurs vous l'aurez remarqué, je ne suis pas un modèle de régularité. Mais là je suis à sec, mes chers enfants, alors on va se faire une bonne pause (bel exemple d'euphémisme).

Il reste quelques anciens billets de feu "Tout aigre tout miel" que je posterai sûrement d'ici peu, histoire d'y mettre un point final.

Me connaissant, il serait dans doute précipité de dire que je ne ne viendrai plus jamais déverser ma bile acariâtre sur ces pages (j'ai toujours été nulle en pronostics), mais je crois qu'effectivement, il est temps d'arrêter.

En tout cas, mille merci de votre enthousiasme et de vos commentaires, ça me manquera ;)

Marion.

Articles les plus consultés