26 février 2009

Poucet ce p'tit con

9 novembre 2007

Scéance de rattrapage IlEtaitUneFoisèsque. Vous connaissez sans nul doute l'histoire du Petit Poucet. Mais ce que vous ignorez à coup sûr, c'est qu'il y a une délicieuse suite à ce célèbre conte. Eh oui, peu de gens le savent. Laissez- moi vous la conter...

Poucet a grandi. C'est maintenant un homme beau et vigoureux, auréolé d'une grande célébrité depuis qu'il a volé à l'Ogre les Bottes de Sept Lieues, et sauvé sa famille. Loin d'être idiot, Poucet a su tirer profit de sa renommée pour se bâtir un nom dans le domaine de l'édition de livres de développement personnel. Son autobiographie : "Les Cailloux de mon enfance", best-seller mondial, est traduit en 65 langues. Il est le fondateur et "Pape" de l'Ecole de l'Ensemencement, où ses disciples apprennent et enseignent à leur tour les préceptes de Poucet : trouver la paix intérieure et rester dans le droit chemin par l'art de semer les cailloux. Les adeptes de cette école se comptent par milliards. Ecole qui est néanmoins considérée dans certains pays comme une secte.

Poucet a plein de femmes dans le monde entier, et est donc à la tête d'une vaste progéniture, non reconnue dans son ensemble. Quoi de plus facile quand on a les Bottes de Sept Lieues. Poucet est très intelligent, il sait que pour être peinard il suffisait de se faire passer pour un personnage de conte. Il n'a de comptes à rendre à personne, pas même aux femmes qu'il a séduites (des gourdes qu'il a appâtées avec des diamants, des bijoux...vous trouveriez ça normal, vous, de tomber sur une piste de parures de diamants en pleine forêt?). Est officiellement marié à Gretel, avec qui il a un fils : René, qui gère avec brio les affaires de son père (droits d'auteur, droits d'adaptation au cinéma et à la télévision, produits dérivés, etc...). A l'heure qu'il est, Poucet, lui, il se la coule douce dans son domaine du Lot-et-Garonne.

Mais au-delà de cette indéniable et spectaculaire réussite socio-économique, ce que nous retiondrons de Poucet, c'est d'être à l'origine d'une des tares les plus redoutées des bibliothécaires, car affectant une part non négligeable du public des bibliothèques, j'ai nommé : "le Syndrome de Poucet".

Par "Syndrome de Poucet", j'entends par là une manie (absolument horripilante pour une bibliothécaire en plein rangement) de semer des livres, soit seuls, soit en piles, un peu partout dans l'espace de la bibliothèque. Le but étant bien évidemment de poser les livres en question partout sauf là où ils sont sensés se trouver normalement. Inutile d'ajouter qu'en commettant son méfait, le lecteur fait basculer le livre dans le mode "marqué disponible mais introuvable", ce qui généralement pousse n'importe quel bibliothécaire dans un état d'irritation rarement atteint. Il y a la version soft, qui consiste juste à poser les livres n'importe où, ce qui permet de les retrouver sans trop de difficulté, et il existe aussi la version dite hard, qui consiste carrément à ranger les livres n'importe où, sauf là où on les a pris, ce qui revient en fait à ...les perdre. Et pendant ce temps-là, vous passez pour une parfaite imbécile auprès du lecteur qui, complètement ahuri, vous entend lui dire que le livre "est là mais est introuvable"...

...Alors vous savez ce que je lui dis, moi, au père Poucet?

8 commentaires:

Anna a dit…

J'en ai aussi, de ceux-là ! Il y en a même que je soupçonne clairement de planquer des bouquins pour se les réserver pour plus tard...

ém. a dit…

Exactement ! il m'est arrivé également de retrouver des livres cachés derrière d'autres. Pendant longtemps j'ai pensé que c'était un/des lecteur(s) qui les avait planqués là par honte de ne pas savoir les ranger... Que je suis naïve ! J'ai fini par avoir l'explication : une lectrice m'a déclaré, avec un aplomb incroyable, faire ça fréquemment !!! J'imagine maintenant qu'elle est loin d'être la seule à avoir ce genre de pratique...

Biblix a dit…

Eh oui...
J'en ai aussi... Et malheureusement surtout de la catégorie "Hard" comme ceux qui fourrent les bouquins de cuisine avec ceux sur les mammifères sauvages, par exemple...Ou les livres de peintures avec les livres de la Préhistoire...
Moi, je serais plus "hard"aussi que toi : je ne dirais rien au père Poucet, mais je lui collerais une de ces droites...

Savon a dit…

nous ont le droit au syndrome Poucet surtout en secteur jeunesse... mais, c'est aberrant que les parents laissent leur gamins ranger les livres n'importe où. Surtout qu'on a une caisse où mettre les livres i on ne sait pas où les remettre... J'adore le mercredi :/

Habib Liotek a dit…

Moi j'ai proposé la caisse pour poser les livres, on m'a répondu que c'était une catastrophe en terme d'éducation du lecteur...
En attendant, moi j'ai arrêté de dire le livre est là.
Je vais voir en rayon avant de dire quoi que ce soit au lecteur ^^
Ion je sais pas ce que tu lui dis au père poucet mais j'aimerai pas être à sa place ;)

Anonyme a dit…

Eh bien quand je vous lis... je me dit que je suis la lectrice modèle, je ne fais rien de tout cela, je suis diciplinée et respectueuse, si si, je vous assure ça existe des lecteurs sympas !
Bon courage, moi qui aurait aimé être bibliothécaire.. je pesnais que les gens étaient plus civiliés, je sais je suis très naïve !

Anonyme a dit…

pardon pour les fautes !...

Marion a dit…

Meuh bien sûr qu'on on a plein de lecteurs sympas (dont le passage m'a bien souvent sauvé d'une humeur boudeuse voire massacrante :)), mais que voulez-vous, cher lectrice, on se fend quand même davantage la poire à médire sur les méchants qu'à vanter les mérites des gentils ;)
Surtout, chère lectrice, continuez à fréquenter votre bibliothèque, vous contribuez au bien-être mental de vos bibliothécaires!

Articles les plus consultés