21 novembre 2008

Ils sont revenus

9 octobre 2007

Après deux mois de vacances, ils ont repris leurs habitudes, dont celle de balader leur haleine fétide à travers toute la médiathèque. Leur spécialité : la laisser croupir des heures durant aux endroits stratégiques, c'est-à-dire là où il y a des tables et des chaises, c'est-à-dire partout. La seule vue de ces meubles basiques provoque chez eux une violente poussée d'hormones, enfin j'imagine, sinon ils ne se battraient pas comme ça pour s'assurer une place.

Je vais devoir supporter la vue de dizaines de ballerines, mon dieu donnez moi la force...ça et les mèches des garçons. Cet attribut provoque systématiquement chez moi une franche hilarité. Soyons claire : j'aime beaucoup les hommes aux cheveux longs, QU'ON M'APPORTE UN HOMME AUX CHEVEUX LONGS ! ...si en plus c'est grand, maigre et bouclé, ouhla retenez-moi je m'emballe.

BREF rien à voir cependant, strictement rien, avec les jeunes dont je vous parle, qui sortent quasiment du giron de leur mère. Quant à la fameuse mèche, ça leur donne un air, comment dire, plus bovin que félin. Vous les regardez avec perplexité en vous disant que le pire est néanmoins à venir : ils sont en âge de procréer et mettront un jour cette menace à exécution - je m'interroge, comment peut-on parler de survie de l'espèce? J'ai bien peur que cette dernière ne court à sa perte - en tout cas, une chose est sûre, ce n'est pas avec vous qu'ils se lanceront dans cette aventure exaltante et périlleuse. Ha ha, aucune crainte d'être accusée de détournement de mineur. Vous ne songeriez même pas à les draguer, pas comme d'autres...

Mais de toute façon, vous le savez, la drague au boulot, c'est vade retro. Vous appliquez cette règle à-la-lettre, même si parfois vous vous sentez très désobéissante. Tenez, pas plus tard que ce matin, vous vous êtes prise de passion pour cet étudiant polonais, sublime blond aux yeux bleus, qui venait s'inscrire. Inutile de préciser que vous avez rougi plus que de raison et que vous n'avez AUCUNE DIFFICULTE à vous souvenir de son nomprénomdatedenaissanceadresseprofession...mais attention! Vous ne l'avez pas dragué! Lui par contre...il ne s'en est pas privé, le coquin. Ne niez pas, pauvre dinde, vous avez gloussé plus d'une fois en remplissant sa fiche d'abonné. En voilà un qui déroge un peu à votre Sainte Trinité (Grand-Maigre-Bouclé), mais alors,ce sourire...mmm, vous fondez. VOUS-VOUS-CON-SU-MEZ. Bref, en bonne pêcheresse que vous êtes, vous vous dites qu'il est bien dommage que vous ne soyiez pas nus sous des draps en ce moment même. D'ailleurs à force d'y penser vous avez du mal à vous concentrer sur votre travail. Tss tss...

Heureusement pour vous, vous avez la chance de croiser régulièrement, au cours de votre journée, quelques individus typiquement "tue-l'amour" qui vous rappellent que vous n'êtes pas là QUE pour fantasmer, et qui possèdent ce pouvoir divin (ou serait-ce simplement un physique ingrat) de refroidir vos ardeurs illico presto. Vous les trouvez repoussants? Remerciez-les, malheureuse, car sans eux vous rejoueriez Sally dans la scène du restaurant...

Bon. Initialement, ce billet devait parler des jeunes qui peuplent ma vie professionnelle depuis la rentrée scolaire. Une fois de plus, me voilà victime de mon penchant "digressionesque" : rien de bien étonnant jusque là. Par contre, avoir été inspirée par une mèche d'ado, alors là...

3 commentaires:

Fanny a dit…

Excellent ! Merci !

Habib Liotek (ni blond, ni polonais, ni nus sous les draps avec toi) a dit…

alors là...
comme tu dis ;)

Virginie a dit…

:D

Articles les plus consultés